AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez|

~ Présentation Meleny ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Meleny Rickman • Fondatrice ~::~ Apprentie Réanimatrice ¤ DiyP Corp.avatarMessages : 64
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 28
Localisation : A Saint-Louis

Feuille de personnage
Relations:
Rp en cours:
MessageSujet: ~ Présentation Meleny ~ Mer 13 Juil - 16:23


~ Déclinez votre identité ~


Nom: Rickman

Prénom: Meleny

Surnom: Mel' ; Neny

Age:
  • Réel: 21 ans (22 très prochainement)


Sexe: Féminin

Race: Humaine

Rang Demandé: Apprenti Réanimatrice ~ DiyP Corp.

Informations de Vie:
  • Lieu de Vie: Saint-Louis
  • Lieu de Naissance: New York, USA
  • Date de Naissance: 9 Aout 1989
  • Signe Astrologique:Lion


Pouvoirs: Relever les morts de leurs tombes et les y remettre. Soutenir le regard des vampires les plus faibles. Je peux savoir si la personne en face de moi est humaine ou métamorphe, peu importe son rang.

Armes: Anita m'a appris à mes servir des armes à feu...j'en ai quelques unes, mais je préfère les armes blanches: les couteaux, les dagues, les stylets, les épées courtes et les longues...et les plupart de mes armes ont assez d'argent pour faire des dégâts aux monstres. Mes armes à feu sont équipées de balles en argent ou de Glazer Sécurité.

Votre Avatar: Nana Osaki - Nana

Code Je suis la fondatrice :p donc Validé!

~ Portrait Robot ~


  • Tes cheveux: Je porte mes cheveux relativement courts pour une femme. Mais les cheveux longs ne m'ont jamais vraiment plu, lorsque c'est moi qui doit les porter. Ils sont noirs comme comme la nuit, parfois teinté de mèches de couleurs. Parfois même ils sont encore plus court et coiffé en pics et tenus en place par du gel fixant.
  • Tes yeux: J'ai des yeux en amande, une forme que j'aime beaucoup. Et ils sont verts, le même que celui des chats m'a-t-on dit souvent. A la lumière du soleil, ils virent parfois au bleu. Je les maquille souvent, ce qui me donne souvent un air inexpressif, ou justement justement l'air d'être ailleurs. Cela met les gens mal à l'aise.
  • Ton visage (et les différentes expressions qu'on y trouve): Des traits fins, typiquement féminin. Pourtant mes cheveux courts font que parfois on me prend pour un garçon très efféminé. Je n'y prête guère attention, j'ai trop l'habitude. Je souris assez souvent pour qu'on me dise que je suis plus jolie quand je le fais. Mais le plus souvent j'air l'air ailleurs, je semble m'ennuyer ferme de ma vie ou alors il semblerais que je fasse la tête.
  • Ta couleur de peau: Blanche. Ma peau est blanche, j'ai horreur de faire le lézard au soleil, donc pas de trace de maillot ni même de couleur. Je suis juste blanche.
  • Ta taille: Je mesure 1m67. Je suis assez grande, et je le suis encore plus lorsque je mets des talons hauts. J'aime avoir l'impression de regarder le monde d'en haut, de ne pas être celle qui est trop petite pour se débrouiller toute seule.
  • Ta corpulence: Je suis mince, à la limite du maigre. Un fil de fer anorexique. On me le dit souvent! Et pourtant ce n'est pas faute de manger! J'adore ça, seulement je brûle trop vite le sucre et les calories, donc je n'arrive pas à grossir, mais comme je ne tiens pas en place...ça n'aide pas!
  • Ton style vestimentaire: Punk, Rock, Débraillé! J'aime l'anarchisme de mon style vestimentaire. Je sortirais en pyjama sans que ça me dérange vraiment, comme je pourrais me promener en sous vêtements dans ma rue sans rougir de honte. Je ne suis pas pudique loin de là. Anita m'avait accordé un point pour cette partie de moi. Mes tenue loufoque me permettent de trimbaler mes armes sans qu'elles soient visibles ou difficile a planquer. Je ne suis pas la fille coquette des beaux quartiers, loin de là même.
  • Un signe particulier? Beaucoup de piercing! 3 a l'oreille droite et 5 à la gauche. Je porte beaucoup de bijoux, la plupart en argent, dont une croix qu'Anita m'a offert lorsqu'elle a commencé à me former. Un tatouage en forme de fleur de lotus ouverte sur le bras gauche. Des cicatrices sur les poignets pour marquer mes bêtises.


~ Portrait Psychologique ~


  • Tes Qualités: Sincère et franche quoiqu'il arrive. Je préfère dire la vérité qui fait mal plutôt que d'enjoliver les choses et retarder l'inévitable. Je suis une battante, je ne baisse jamais les bras, même si il est clair que je n'ai aucune chance de m'en sortir. Je ne suis pas non plus folle, je connais mes limites et n'essaie pas de les dépasser tout le temps. Loyale envers ceux qui le mérite. Attentionné pour ces même personnes. Je sais donner sans compte du moment que ça en vaut la peine. Je suis agréable quand on gratte la surface de dure à cuire que je me donne...J'essaie de rester positive, même si je suis d'un naturel pessimiste si on me laisse m'égarer trop longtemps. Je n'aime pas tuer...autre chose que les monstres! J'apprend très vite, je suis donc une élève agréable.
  • Tes défauts: Je suis une fille assez pessimiste (même si j'ai beaucoup avancé depuis peu) et j'ai tendance à tout prendre du mauvais coté. Je fume, même si je sais que c'est mauvais pour la santé. Anita désapprouvait, Larry m'a défendu. J'ai besoin de cette sucette à cancer pour me décontracter un peu. J'aime le danger tout en sachant rester raisonnable. Je déteste les vampires, je supporte les poilus.
  • Ta façon d'être: Je suis souvent dans la lune, mais du coté de la face cachée, à l'ombre. Je suis, comme on me le dis souvent, enchaînée au passé, incapable de me projeter dans l'avenir. Je fais des études, mais sans y trouver un grand intérêt. Je suis bizarre. J'ai essayé de mettre fin à mes jours...plusieurs fois. La dernière fois, l’Exécutrice m'a pris sous son aile, et j'ai recommencer à voler petit à petit.
  • Ta façon de penser: Je déteste les vampires pour la simple et bonne raison qu'ils ont tuer le garçon que j'aimais et qui avait promis de me sortir de ma famille de drogué. J'ai juré de le venger puis j'ai sombré dans la drogue, la boisson et le sexe. Dépravée jusqu'au bout des ongles j'ai voulu en finir. Les coups de blues ne me sont pas conseillé, et je n'aime pas rester seule trop longtemps. Je tolère les métamorphes, parce que beaucoup d'entre eux n'ont pas choisit ce qu'ils sont...Rien ni personne ne pourra me faire aimer les buveurs de sang! Ni les humains qui les vénèrent ou se laisse avoir...
  • Tes espoirs et tes craintes: Qu’Anita ne parvienne pas à se reconstruire et ne revienne donc pas. Que Saint-Louis sombre dans le Chaos, parce que moi et les autres n'avons pas pu tenir la promesse qu'on a fait à l’Exécutrice. Re-sombrer sans avoir la possibilité de remonter. Me laisser avoir par les vampires. J'ai peur de tout ça. Mais j'espère du fond de mon coeur que la ville n'ira pas plus mal qu'aujourd'hui.
  • Tes objectifs: Me batte pour la sécurité de Saint-Louis et de ses habitants jusqu'au bout. Retrouver Anita et la ramener vers nous. Et pourquoi pas faire de nouvelles connaissances.


~ Il était une fois...ta Vie ~


Je suis née le 9 Aout 1989, a New York. Je ne suis pas née dans une famille riche, mais plutôt pauvre. Pourtant au début de ma vie, j'étais choyée et aimée. Ma mère avait perdu les deux bébés qu'elle devait avoir avant moi et après moi elle ne pourrait plus en avoir. J'étais donc la fille unique.
Mon père travaillait dans une usine, mais il ne gagnait pas beaucoup, et commençait à piquer du nez dans l'alcool.

Ma mère trouva du travaille, lorsque je fus en âge de rentrer à l'école. J'étais assez vive comme enfant et ne me laissais pas souvent faire. Pas mal élevée bien au contraire, même si je vivais dans un milieu assez difficile pour une enfant de mon âge. Je ne voyais pas souvent mon père qui partait tôt à son travail et rentrait souvent tard. Le week end n'existait pas pour lui, on avait pas les moyens sinon. Ma mère faisait le ménage chez les personnages âgées, pour arrondir les fin de mois, mais ce n'était pas facile même avec cela.

Complètement ivre, mon père rentrait de plus en plus tôt à la maison. J'avais grandis, j'étais en âge de comprendre que c'était pas normal qu'il frappe ma mère au lieu de la serrer dans ses bras le soir en rentrant. Ma mère baissait la tête, et pleurait en silence. Je dormais le plus souvent possible chez mes copine,s dont les mères semblaient comprendre qu'il y avait quelque chose de bizarre chez moi pour que je ne veuille pas y retourner. J'étais plutôt bonne à l'école, même si je manquais trop souvent pour mon bien. Je préférait être à l'école qu'à la maison, regrettant parfois que le week-end existe. Je sais, on allait me tordre le cou si je le disais à haute voix. Donc j en disait rien, j'avais bien trop peur de paraître idiote.
Puis je ne vint plus à l'école pendant une semaine puis deux...j'étais couverte de bleues quand je revint. Et la mère d' une de mes amies, pour m'aider à m'en sortir, fini par ma confier à une assistance sociale qui alla elle-même voir l'état de mon environnement avant de me placer dans un foyer d'accueil. une famille le prit avec elle, mais je retournais bien vite au foyer, parce que ces gens n'aimais pas la fille que j'étais. Je passais dix ans dans ce foyer.

J'avais seize ans maintenant. Je n'avais pas de bonnes fréquentations, Mes cheveux courts, souvent couvert de gel pour qu'ils tiennent droit sur ma tête, mon maquillage trop prononcé, mes lèvres noires, mes oreilles trop percées, mon tatouage, mes vêtement noir et/ou en cuir, ou les jupes trop courtes...j'étais une ados qui tournais mal, je m'en rendais compte. Mais je ne fis rien pour changer, au contraire. Je commençais à courir après ma poudre blanche quotidienne, ayant l'impression d'être plus forte et plus jolies lorsque j'en prenais. Je couchais avec n'importe qui, n'importe où...je ne faisais pas attention à moi, ni aux gens que je fréquentais. J'ai commencer à fumer pour évacuer ma frustration. Due a quoi je n'en savais foutrement rien, et je m'en moquais royalement.

J'ai alors décider de retourner voir ma mère. Elle avait piquer du nez dans l'alcool, et vivait dans une vrai porcherie. Elle fut si heureuse de me revoir, elle qui pensais qu'elle n'en aurait jamais le droit, que je décidais de rester avec elle: a une seule condition, qu'elle se reprenne en main.
L'assistance sociale refusa tout d'abord, puis comme je ne démordais pas, autorisa mon choix. Je retournais donc vivre avec ma mère, a deux ans de passer mon diplôme de lycéenne. Je sortais le soir, sans retenue, buvais, fumais, me droguais. Je n'étais pas belle à voir lorsque je rentrais a la maison. Et ma mère n'osait rien me dire de peur que je reparte.
J'aimais la musique, et j'avais monté un groupe avec mes fréquentations tordues. Et a New York, il y avait aussi des monstres. J'en côtoyais d'ailleurs. Des gens qui devenais des animaux une fois par mois -enfin on me l'avait expliqué mais j'avais du mal à comprendre le pourquoi du comment, pour moi ce genre de choses n'existaient que dans les livres- et des vampires qui devaient se nourrir de sang pour ne pas mourir. Je n'offrais pas mon corps à ceux là, mais je passais mes nuits avec eux, à boire et à m'amuser.
Et c'est là que je fis la connaissance d'Alec. Il était mignon, il était humain, il était bon musicien, il était gentil...et moi j'étais amoureuse de lui. Il avait deux ans de plus que moi, donc je n'osais pas lui parler, mais c'est lui qui vint vers moi. J'étais aux anges. Sur un petit nuage rose!

L'année passa, et j'étais toujours en couple avec lui. Il me dit qu'il allait essayé de me faire sortir de cette boucle infernale qu'était la drogue. J'étais maigre, je n'avait que la peau sur la os, je ne mangeais presque pas...j'étais une accro de première...et j'avais tendances à oublier mes études pour sortir. Il me fit promettre d'avoir mon diplôme et qu'une fois que je l'aurais et que je serais majeure, et bien on irait faire nos études ensemble dans un autre endroit que cette ville qui m'avait vu naître et qui avait failli m'engloutir.
Ma mère allait beaucoup mieux. Elle ne buvait plus, la maison était présentable...mais mon père n'était toujours pas là. Cela faisait tellement de temps que je ne l'avait pas vu, qu'il commençait à disparaître de ma mémoire. Ne subsistait que les mains levée et les coups...c'étaient mes seuls souvenirs de lui, les sourires étaient loin derrière.

J'obtint mon diplôme sans mention, avec 10,9 de moyenne, mais je l'obtint. J'étais heureuse j'en pleurais de joie. Ma mère m'apprit que mon père avait été retrouvé mort il y a peu, qu'elle ne m'avait rien dit pour ne pas m’empêcher de travailler. Je versait quelques larmes, n'arrivant pas a remettre un visage sur cet homme qui m'avait donné la vie et à qui je ressemblais un peu.
J'emballais ce souvenir dans une boîte et recommençais à vivre. Et Alec était avec moi. Il m'aidait du mieux qu'il pouvait. Je l'avais présenté à ma mère. D'ailleurs en parlant d'elle, au mieux de la boisson elle avait plongé dans la religion. elle croyait en Dieu maintenant. Et moi est-ce que j'y croyais? Oui...j'y croyais. Je n'allais pas à la messe, mais parfois, je priais, je lui demandais de m'aider à m'en sortir comme il avait aider ma mère a se sortir de l'enfer dans lequel elle avait plongée. Et Alec était l'ange qu'il m'avait envoyer pour m'aider.

L'année suivante on resta ensemble dans un studio. Et ma mère fut choquée d'apprendre que j'avais perdu ma virginité alors que je n'avais que quinze ans et j'étais passé très près de la mort à cause de la drogue. elle désapprouvait toujours certaines de mes fréquentations, mais je m'en moquait. Maintenant j'étais majeure. Mon anniversaire je le fêtais avec Alec, avec mes amis vampires et métamorphes et Alec avait invité quelques uns de ses amis. On passa une très bonne soirée.

Quelques jours après il me demanda si sa proposition de partir étudier avec moi ailleurs tenait toujours. Je lui répondis que oui, il fallait juste que j'en parle à ma mère, mais que pour il n'y avait pas de problème. Il insista pour demander lui-même à ma mère. Et c'est à contre-coeur qu'elle dit oui. Je fut la plus heureuse des filles. J'avais arrêter la drogue, le sevrage avait difficile et douloureux, mais je m'en étais sortis. Je ne buvais plus, mais par contre je fumais toujours. Personne ne m’enlèverais ça. J'avais toujours une certaine tendance à provoquer les gens...mais ça s’atténuait doucement.
Nous partîmes donc pour Saint-Louis, dans l'Etat du Missouri. Nous fîmes le voyage avec deux vampires qui semblait très enthousiastes à l'idée de partir loin de New York. Presque pressée même.

Le voyage nous pris une dizaine de jours, parce qu'on prit notre temps. Mais on s'amusait tous les quatre. Lorsqu'on arriva un Saint-Louis, il faisait nuit et la ville était grouillante d'activité. On se trouva un hôtel, et on chercherais un appartement le lendemain. Le soir, nous décidâmes d'aller faire un tour dehors. Les deux vampires qui étaient avec nous semblaient très heureux d'être ici. En même temps il parait que c'est un des rares états qui considère les vampires comme des citoyens normaux à part entière alors je les comprends un peu.

Je les aurait compris encore mieux, si tout cela n'était pas arrivé.

A la fin de la soirée, il semblait dans les nuages. Ils finirent par s’arrêter et semblait comme possédés. On leur dit que c'était pas drôle et nous avancions encore lorsque que je sentis une traction m'attirer vers l'arrière alors que l'un des vampire avait attrapé Alec. Il hurla et j'hurlais à mon tour lorsque le deuxième se jeta sur moi tout crocs dehors. Il les planta dans ma gorge, mais je parvint à la repousser. Alec gisait un peu plus loin, face contre terre. Je l'appelais, il ne répondit pas et ne bougea pas non plus. Je priait de tout mon coeur qu'il ne soit pas mort.

L'un des deux vampires se mit à rire. Et j'entendis ses pas qui s'approchaient de moi. Je tremblait de peur, je n'osais plus bouger. Je ne voulais pas mourir, j'avais peur.
Un voix de femme retentit derrière moi. Elle demandais au vampire de rester tranquille. Il lui ricana au nez. Et s'avança encore. Je couinais de peur.

Un coup de feu retentit. Levant la tête je vis le vampire qui s'était lancé vers moi -non vers nous en fait, tomber au sol en arrière, un trou de la taille d'un poing à la place du coeur. Il tressauta mais ne bougea plus. Je criais de nouveau, ayant trop peur pour faire autre chose. Les larmes roulaient sur mon visage, et j'étais en proie a la panique.
Un nouveau rire, et un nouveau coup de feu. Puis le silence.

Une femme aux boucles noires et à la peau pâle, comme la mienne d'ailleurs, s'approcha du corps d'Alec. Elle posa ses doigts sur sa gorge, et la laissa retomber sans un mot. Pas besoin d'un mot, pour savoir qu'il n'était plus là. Je poussais un cri, et pleurais encore. Puis le silence. Je serrais mes genoux contre moi et devint aussi muette qu'une carpe.
La femme s'approcha de moi et s'agenouilla devant moi. Elle avait du sang sur une de ses mains, et un flingue dans l'autre. Elle m'adressa un pauvre sourire, elle me parla, mais je ne voulait pas encore ce qu'elle me disait et je secouais la tête trop vite. Elle me tourna, et j'eux juste le temps de me tourner pour vomir mes tripes et mes boyaux. Puis je tombais dans les pommes avec comme son une voix de femme et la sirène des voitures de polices au loin.

Je revins à moi dans un lit d'hôpital. J'étais perfusée, et la femme aux boucles noires était toujours là. Elle avait changer de tenue, et portait un tailleur de couleur bleu marine. Et elle me regardait. Comme si elle essayait de lire dans ma tête. Elle m'adressa un sourire en voyant que je la regardait. Je ne parlais pas. sous le choc, je n'osait plus ni parler ni bouger. J'étais une victime, et j'étais nouvelle dans cette ville. J'avais perdu ma lumière et je sombrais dans le noir.

La femme finit par partir me laissant là. Elle revint une semaine plus tard. Et elle m'expliqua une chose bizarre. Que j'avais la même aura qu'elle. Elle ne semblait pas mâcher ses mots, et elle était un peu effrayante. Elle avait des yeux marron foncé et une peau laiteuse. Mais pourtant j'étais presque certaine qu'elle était humaine.
Elle me dit s'appeler Anita et me demanda mon nom. Je restait muette. Et elle me parla, me parla de ce qui c'était passé l'autre soir, et je sentit de nouveau les larmes rouler sur mes joues. Elle semblait mal à l'aise de me voir pleurer, alors je lui demandait pardon. Lorsque je me fut calmée, elle me redemanda mon nom. Je le lui dit, doucement, presque timidement.
On commença à se parler comme ça. Elle n'était pas du genre sentimentale. Lorsque je fut autorisé à sortir de l'hôpital après une consultation avec psychologue de l'hôpital, elle m'accompagna pour me trouver un appartement.

Et du nouveau elle me dit que j'étais comme elle. que c'était plus léger chez moi. elle m'expliqua qu'elle gagnait sa vie en relevant les morts et en butant les monstres qui devenaient fous. J'avais 18 ans et la vie devant moi. Elle me parla de l'université et revint sur cette similitude entre nous. Elle semblait ne pas trop savoir comment le dire. Alors je lui parlait de l'oiseau et du chien de la voisine qui étaient sensé être mort et que j'avais trouvé devant la porte de mon appartement quand j'étais petite. Elle eut un sourire et me serra l'épaule.
C'est comme ça qu'elle me prit sous son aile. On voyait une fois par mois. Elle m'enseigna à contrôle mon pouvoir qui était plus faible qu'elle, mais tout de même présent. Autant éviter que je fasse des "conneries" sans le vouloir à cause d'un pouvoir sur lequel je n'avais aucun contrôle.

Je devin donc une apprentie de sa boite, parfois entre ses mans parfois entre celle de Larry. Mais avant toute chose, elle m'offrit une croix en argent qui pourrait me protéger des vampires. Et elle m'appris à manier des armes à feu...à sa grande surprise je savais déjà manier les couteau, il fallait donc juste perfectionner ma technique. J'étais jeune mais j'avais le potentiel pour devenir quelqu'un.

J'entrais à la faculté en biologie surnaturelle. Au départ je devais aller en Langues Etrangères Appliquées...mais le destin m'a fait changer de voie. J'ai eu ma première années les doigts dans le nez, la deuxième aussi. Cette année je dois passé une licence. Je fais la chasse au vampire avec Anita, et je la remplace pour relever un ou deux zombie chaque nuit...c'est tout ce que je peux faire, je ne suis pas Anita moi.

Mais voila, alors que je viens tout juste de fêter mes 21 ans, Anita est bizarre. elle tourne en rond, elle ne va plus bosser...Et elle ne s'explique pas. Elle est proche des monstres, je le savais, mais ça fait toujours bizarre de le voir en vrai. Et subitement, elle disparaît. en me laissant simplement cette lettre que je dois faire passer à tout ceux et celles qui la connaisse. Elle est vraiment bizarre.

Un homme blond, au yeux bleus...mais un regard froid qui fait froid dans le dos. Anita avait le même lorsqu'elle devait chasser le vampire parfois. Un regard de tueur. Il dit qu'il s'appelle Ted Forrester. Il me demande, à moi et aux autres chasseurs de monstres, de monter une boite. Il en sera le patron, mais il ne faudra pas lui courir après. Anita dans sa lettre parle d'un certain Edward...je pense que c'est cet homme, mais je n'en suis pas sure, donc je ne dis rien.

"Death in your Pocket" c'est son idée à lui. Parce que les flingue et les couteaux qu'on a dans nos poches, c'est synonymes de mort pour les monstres. Pour cela que la boite, il fallait qu'elle s'appelle comme ça. En l'absence d'Anita voila que l'on doit protéger la ville. Tout simplement.


~ Et pour finir... ~




Ton Prénom/Surnom: Mana
Ton âge réel: 21 ans
* Comment as-tu connu le forum? Je l'ai créé ^^
* Comment est-ce que tu le trouves? Bien! Mais il sera encore mieux avec le thème d'Emy!
* Une idée d'amélioration? OUI! Le Thème d'Emy!
* Ta fréquence d'activité: Aussi souvent que possible!
* Connais-tu la série Anita Blake? Oui! J'aurais pas fait le forum dessus sinon XD
* Si Oui, quel est ton/tes personnage(s) préféré et pourquoi? Damian (le vampire) parce depuis qu'il est apparu dans la série je sentait qu'il allait lui arriver un truc et que je me suis attaché à lui, Nathaniel (j'aime son caractère), Richard et Jean-Claude (les deux héros! Richard pour son coté grand gamin et Jean-Claude parce que c'est un salaud parfois!); Jason (il me fait marrer!) et évidement Anita Blake, parce qu'on s'identifie toujours au personnage principal...même si je me vois mal tuer des gens comme ça XD!
Une estimation de ton niveau RP? Je fais du RP depuis plus de six ans maintenant. On m'a souvent noté a 7/10 sur d'autres fow. A vous de jugez ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://little-saint-louis.idfforum.com

~ Présentation Meleny ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: